Personal tools
You are here: Home Films Adieu Berthe - l'enterrement de mémé
Document Actions

Adieu Berthe - l'enterrement de mémé

by Magali Van Reeth last modified 2012-06-15 09:35

Bruno Podalydès

France, 2012, 1h40 Festival de Cannes 2012, Quinzaine des réalisateurs.

Denis Podalydès, Valérie Lemercier, Isabelle Candelier, Bruno Podalydès.

20/06/2012

A la fois léger et profond, mélancolique et drôle, un film pétillant qui mélange les rêves des indécis et la magie du cinéma.

Les films de Bruno Podalydès sont un espace rafraîchissant dans le long corridor des comédies françaises qui se bousculent sur les écrans. Hormis l'adaptation des deux romans de Gaston Leroux, Le Mystère de la chambre jaune (2003) et Le Parfum de la dame en noir (2004), ses films sont à la lisière du journal de bord, de la fantaisie poétique, de la comédie de mœurs, de la blague de potache mélancolique et du burlesque le plus raffiné. Laissant à son frère Denis le rôle principal et ancrant ses décors dans la banlieue tranquille de l'Ouest parisien où ils ont grandi, Bruno Podalydès pose un regard tendre et ironique sur ses contemporains. S'il y a bien un enterrement dans Adieu Berthe, ce n'est pas tant de mémé dont il sera question mais de son petit-fils Armand. Armand et sa femme Hélène tiennent une pharmacie. Les échanges, les disputes et les chagrins conjugaux se font au-dessus des tiroirs bien rangés de médicaments, symboles à la fois d'une guérison/consolation possible mais aussi d'un monde où tout est exactement à sa place. Sa place, Armand la cherche constamment. Doit-il quitter sa femme pour son amante ? Est-ce mieux d'être le père d'un ado collé à ses écrans et enfermé dans ses écouteurs ou celui d'une petite fille qui veut un goûter d'anniversaire avec des tours de magie ? Et mémé ? Faut-il l'inhumer ou l'incinérer ? Armand se perd entre ces deux mondes, celui de la raison et celui de la magie qui le mène à mémé. Avec une aptitude réelle pour les tours de passe-passe, les jeux de mots visuels et les gags silencieux, les Podalydès se moquent de nos incertitudes, de notre incapacité contemporaine à faire des choix, de notre angoisse devant la mort, de notre fascination pour le morbide et les séries américaines, du genre Twilight, prononcé ici à la française, "toilettes"… Dans un capharnaüm de pompes funèbres où les prouesses techniques emplissent le vide laissé par le religieux, où les médicaments ont toujours des effets secondaires, le spectateur est sous le charme de cette fantaisie, comme mémé perdant la tête pour un prestidigitateur à qui elle réclame "une illusion par jour". Une illusion par jour, c'est bien le rêve que nous propose le cinéma ! Magali Van Reeth Signis

Adieu Berthe - l'enterrement de mémé
Current image JPEG image — 26 KB
Navigation
 
« September 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: