Personal tools
You are here: Home Films Entre les murs
Document Actions

Entre les murs

by admin last modified 2008-09-22 13:49

Laurent Cantet

France, 2h08, 2008. Palme d'or Festival de Cannes 2008.

François Bégaudeau, Nassim Amrabt, Laura Basquela

24/09/2008

A travers la vie quotidienne d'un collège, un film qui questionne courageusement l'importance de la transmission, de la culture et de l'exercice de l'autorité comme nécessaires apprentissages de la vie en société et de la démocratie.

Palme d'or au dernier Festival de Cannes, Entre les murs est un film complexe malgré son apparente simplicité. On peut le lire à plusieurs niveaux. La vie ordinaire d'une classe de 4ème aujourd'hui en France, dans un collège public d'une grande ville. Pour tous ceux qui sont passés par là, élèves, enseignants ou parents d'élèves, il y a une résonance indéniable. Certains auront d'ailleurs du mal à se replonger dans cette ambiance parfois très tendue. L'école étant, dans toutes les cultures, le lieu de l'apprentissage du savoir technique, se pose la question de l'utilité de certains savoirs : faut-il vraiment apprendre l'imparfait du subjonctif en 2008 ? L'école étant le premier lieu de socialisation, jusqu'où est-elle responsable du comportement d'individus si différents ? Le partage de la culture, à travers la maîtrise de plusieurs niveaux de langue, est un enjeu très fort. Enfin, dans les pays où l'école est mise en place et financée par les gouvernements politiques au pouvoir, quels sont les enjeux de l'exercice de l'autorité des adultes/enseignants sur les enfants/élèves ? Le constat pourra sembler un peu sombre à certains spectateurs. Le réalisateur s'en explique : "Le film ne cherche à ménager ni les uns ni les autres : ils ont tous leurs faiblesses et leurs fulgurances, leurs moments de grâce et de mesquinerie. Chacun peut faire preuve alternativement de clairvoyance ou d'aveuglement, de compréhension ou d'injustice. J'ai tout de même l'impression que le film dit quelque chose d'assez réjouissant : l'école, c'est effectivement parfois très chaotique, inutile de se voiler la face. On y vit des moments de découragement mais aussi de grands moments de grâce, d'immense bonheur. Et de ce grand chaos naît finalement pas mal d'intelligence." Le film va entrer complètement dans ces processus d'apprentissage, d'exercice de l'autorité, de la libre prise de parole par les élèves et de la mise en place d'une discipline démocratique qui doit dépasser les murs du collège. A travers les discussions en salle des profs, le déroulement même de la classe ou les tensions de la cour de récréation, on assiste à une dramaturgie captivante, avec des enjeux forts et des personnages à part entière. L'émotion surgit. Il y a des moments difficiles, autant pour les professeurs, que pour les parents et les élèves. Le drame n'est pas loin et on peut ressentir un sentiment d'échec. "Le contrat égalitaire entre le prof et les élèves se rompt autour de l'affaire du conseil de discipline, avec ce qu'elle suppose de hiérarchie et d'autorité. Mais il n'est pas annulé pour autant. Car tout le film a montré une utopie en fonctionnement. Non pas une vue de l'esprit, non pas l'affirmation de ce que l'école devrait être, mais l'expérimentation de ce qu'elle peut être. Puis l'utopie vient se cogner contre une machine plus grosse qu'elle, contre quelque chose qui ressemble à ce qui se passe hors les murs. Cela n'empêche pas que quelque chose a eu lieu" explique encore Laurent Cantet. Même si, pour de nombreux spectateurs, Entre les murs a des relents de documentaire, il est avant tout une œuvre de fiction. C'est-à-dire qu'à travers des situations inspirées de la vie réelle, il crée des scènes de fiction qui permettent la compréhension rapide et intuitive d'une problématique complexe et étirée dans le temps. Scènes qui sont toutes orientées vers ce que le réalisateur veut dire. Les acteurs du film sont de vrais élèves qui, tout au long d'une année scolaire, ont travaillés dans des ateliers de théâtre pour apprendre à jouer la comédie de leur propre rôle. Leur spontanéité est canalisée, dirigée, prévue. Il en va de même pour François Bégaudeau, auteur du livre qui a donné envie à Laurent Cantet de tourner un film. Professeur de français en collège pendant 10 ans, qui a appris à rejouer son rôle d'enseignant, guidant ses élèves là où il veut les mener, avec le risque de tous les dérapages possibles. Grâce à eux, au talent de Laurent Cantet et de son équipe, l'espace confiné entre les murs du collège explose véritablement de la classe, ouvrant directement sur l'espace infini du monde. Alors que le film est un huis clos au sens théâtral du terme (on ne sort jamais du collège), on ne ressent aucune sensation d'enfermement : les protagonistes sont en prise directe avec le monde extérieur et le font sans cesse savoir. L'œuvre artistique, parfaitement maîtrisée, atteint alors son but et mérite amplement la palme d'or qui lui a été décernée au dernier Festival de Cannes. Magali Van Reeth Signis France

Entre les murs
Current image JPEG image — 21 KB
Navigation
 
« September 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: