Personal tools
You are here: Home Films Laurence Anyways
Document Actions

Laurence Anyways

by Magali Van Reeth last modified 2012-07-11 13:29

Xavier Dolan

Canada/France, 2012, 2h39 Festival de Cannes 2012, sélection Un Certain Regard

Suzanne Clément, Melvil Poupaud, Nathalie Baye

18/07/2012

Une histoire d'amour flamboyante et inhabituelle, pour un beau moment de cinéma, malgré les faiblesses d'un scénario moins provoquant que son sujet.

Film fleuve et exubérant sur la forme, déroutant par son sujet, Laurence Anyways est le 3ème long métrage d'un très jeune réalisateur canadien, Xavier Dolan. Fred et Laurence, un peu bohèmes, un peu fantasques, forment un couple depuis quelques années et sont très heureux. Fred, c'est elle, Laurence, c'est lui… Le couple voit sa belle harmonie voler en éclat lorsque brusquement Laurence décide de devenir une femme. Au-delà d'un réel questionnement sur le genre – sujet très contemporain – le film est avant tout du cinéma brillant, inventif, où de nombreux plans semblent au bord de l'explosion tant ils éprouvent le côté créatif du cinéma. La mise en scène est un régal, jusque dans les costumes, le choix des décors. C'est un film lyrique qui touche le spectateur par les émotions, les sens et l'abondance. Les acteurs se donnent à fond et la comédienne québécoise Suzanne Clément est magnifique. Enfin, la musique est un vrai festival… Pourtant, au-delà de ce très vif plaisir de cinéma, le film boîte un peu à cause du scénario. Sans doute un peu trop étiré (le film dure plus de deux heures et demie), Laurence Anyways n'arrive pas à convaincre. Si dès les premiers scènes, Proust, Mauriac et Céline sont convoqués, ils disparaissent ensuite si totalement qu'on se demande s'ils n'étaient pas juste là pour la poudre aux yeux. L'histoire d'amour entre Laurence et Fred est touchante, on y croit mais la décision de changement de sexe de Laurence est plus difficile à accepter. Pourquoi le réalisateur n'arrive pas à nous convaincre ? Peut être parce qu'on voit toujours Melvil Poupaud derrière le visage de Laurence (qui n'arrive pas de toute façon à porter le tailleur/collier de perles avec naturel). Peut être parce que le film n'est au fond qu'une douloureuse histoire d'amour, déguisée comme Laurence, où la question de la sexualité n'est jamais abordée. Ce qui est bien étrange quand on parle d'amour conjugal... Xavier Dolan confirme cependant son grand talent de cinéaste et on attend avec impatience son prochain long métrage, en espérant que cette fois, le scénario sera à la hauteur de la réalisation. Magali Van Reeth Signis

Laurence Anyways
Current image JPEG image — 13 KB
Navigation
 
« September 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: