Personal tools
You are here: Home Films Le Grand soir
Document Actions

Le Grand soir

by Magali Van Reeth last modified 2012-06-08 10:50

Benoît Delépine et Gustave Kervern

France, 2011, 1h31 Festival de Cannes 2012, sélection Un Certain Regard.

Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine

06/06/2012

Sous un mode décalé et ironique, les aventures de deux frères en marge de la réussite, lâchés dans les paysages de la consommation et de la rentabilité. Une belle ode à ceux qui prennent de plein fouet la crise économique.

Contrairement aux médias internationaux et aux gouvernants qui, en ces temps de crise financière, essayent d'appeler à la raison et à l'abstinence le grand public, la plupart des réalisateurs sélectionnés pour la 65ème édition du Festival de Cannes, sont entrés en résistance contre cet appel à la rigueur économique qui touche essentiellement les plus pauvres, ceux qui sont déjà exclus, malades, sortis du système scolaire, en marge… Parmi eux, les deux réalisateurs français du Grand soir, Benoît Delépine et Gustave Kervern. Rien d'étonnant à cela, si on se souvient de leurs deux précédents films, Louise-Michel (2008), réquisitoire mordant contre les spéculateurs et Mammouth (2010) longue errance d'un travailleur précaire à la recherche de ses points retraite. Avec de l'humour, un brin de surréalisme et un soupçon de radicalisme, les réalisateurs enfoncent le clou. Le Grand soir, référence à l'avènement d'une utopie politique, est la douce descente dans les enfers de la société de Jean-Pierre, vendeur de matelas (révolutionnaires !), largué par sa femme, licencié par son patron et désavoué par ses parents… Heureusement, il y a son frère, Not, le plus vieux punk à chien d'Europe, heureux de cette vie à l'ombre de la réussite, de la consommation et d'une existence raisonnable. Ensemble, ils vont hanter ces nouveaux temples de la vie moderne, un centre commercial. Dans cet environnement dédié à la rentabilité et à l'aliénation des désirs de la population, démesuré, froid et laid, Delépine et Kervern instillent peu à peu de la poésie, de l'intimité, de l'espérance et de la fraternité. Leurs personnages ne deviennent pas des héros parce qu'ils sont déchus mais retrouvent, dans cette déchéance, une vraie dignité. Le Grand soir n'appelle pas à la révolution – que nos concitoyens ne sont pas prêts à faire comme le montre une scène poignante – mais remet les plus petits au centre du débat. En redonnant toute son humanité à un punk, à un SDF, à un chômeur, les réalisateurs rappellent avec une grâce ironique, toute l'humanité de ceux qui trinquent quand la finance internationale s'affole d'avoir à perdre tout ce qu'elle a gagné sur le dos des plus humbles… Magali Van Reeth Signis

Le Grand soir
Current image JPEG image — 28 KB
Navigation
 
« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: