Personal tools
You are here: Home Films Le Président
Document Actions

Le Président

by Magali Van Reeth last modified 2010-12-15 08:03

Yves Jeuland

France, 1h38, 2010

documentaire

15/12/2010

En suivant la campagne électorale d'un vieux routard de la politique, ce documentaire intelligent soulève des questions pertinentes sur le pouvoir et l'exercice de la vie publique.

Auteur de plusieurs documentaires sur la vie politique française, Yves Jeuland, le réalisateur, affirme avoir : "une passion pour la politique et en général plutôt de l’estime pour les politiques. Je ne souscris nullement au discours "Tous les mêmes, tous pourris"." Originaire du sud ouest de la France, il avait croisé Georges Frêche à plusieurs reprises et, sentant que sa vie politique arrivait à son terme, il voulait le filmer, notamment pour répondre à cette question : comment quitter le pouvoir ? Le film, dépourvu de tout commentaire, suit la campagne de Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, pour le renouvellement de son mandat. Elu plusieurs fois depuis 1973, il a été député de l'Hérault, 5 fois maire de Montpellier et exclu du Parti socialiste en 2007 pour dérapages verbaux. Dans la scène politique française, c'est un personnage à part, qui ne modère pas son langage, ne craint pas et cherche même la provocation. Un homme cultivé, brillant, excessif et énigmatique, il n'a jamais cherché de mandat national, splendide maître de son terroir. Un vrai personnage dramatique, un acteur inné. La caméra le suit, comme si elle était invisible mais sachant s'attarder là où la fiction du monde réel se construit. Sur le bureau de monsieur le président, les parapheurs, gorgés de lettres à signer, sont un ballet rose et mobile, présence envahissante qui montre la banalité de l'exercice du pouvoir. La voiture noire et officielle est à la fois espace de travail, de déplacement et de détente. Il faut la bichonner, l'entretenir, la soigner et, elle aussi, trouve devant la caméra d'Yves Jeuland une chorégraphie particulière qui en fait un personnage à part entière. Enfin il y a la pluie et le froid, qu'on voit si peu dans les films tournés dans cette région, comme pour prévenir le spectateur de la complexité de cet univers dans lequel on pénètre. Bien au-delà des clichés habituels, Georges Frêche est un homme énigmatique. On est frappé par la liberté totale que l'homme politique accorde au réalisateur. Il ne refuse aucun plan, ne semble rien changer à ses habitudes, que ce soit dans sa façon de chanter à tue-tête dans la voiture, de manger goulument, d'exprimer sa lassitude, comme s'il ne le voyait pas la caméra ou la méprisait, comme un de ces artifices de communications qui amusent tant son entourage. Yves Jeuland est conscient de cette situation exceptionnelle car peu d'hommes politiques acceptent d'être ainsi filmés sans demander en contrepartie un droit de regard au montage. Conscient aussi d'avoir eu la chance (ou l'intuition ?) que cette dernière campagne électorale serait aussi riche en rebondissements. Elle donne à Georges Frêche l'ultime occasion de se surpasser dans les jeux cruels et pervers de la politique, de retrouver son mordant dans l'adversité. A l'écran, par son physique puissant, ses silences face aux babillages de ses collaborateurs, son regard insondable, il est un acteur magnifique et envahissant. La complexité du personnage, mise en scène avec brio, est fascinante. Si bien qu'au fur et à mesure du déroulement de la projection, on est tour à tour soumis à des sentiments contradictoires, partagé entre l'épouvante et la fascination et on serait bien en peine de mettre un bulletin dans l'urne ! Mort le 24 octobre 2010 en signant ses parapheurs, Georges Frêche n'avait pas demandé à voir le film. Il est présenté dans le montage terminé fin septembre, avec juste un carton pour rappeler comment le président a quitté le pouvoir, sur un dernier acte dramatique. Le Président, Georges Frêche, est le portrait d'un homme libre dans un monde où tous pratiquent le contrôle permanent, le politiquement correct, craignent le dérapage et oublient qui ils sont, à force de vouloir être celui que les électeurs devraient aimer. C'est surtout un film intelligent qui provoque notre réflexion, au-delà du cercle de la vie politique et de l'exercice du pouvoir. Magali Van Reeth Signis

Le Président
Current image JPEG image — 19 KB
Navigation
 
« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: