Personal tools
You are here: Home Films Low Life
Document Actions

Low Life

by Magali Van Reeth last modified 2012-04-02 18:10

Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval

France, 2011, 2h04 Sélection officielle aux festivals de Locarno et Toronto 2011.

Camille Rutherford, Arash Naiman, Luc Chessel

04/04/2012

Entre utopie poétique et désenchantement politique, le portrait d'une jeunesse urbaine qui cherche à construire d'autres façons de vivre ensemble, sur les vestiges d'une société ancienne.

De part sa forme et son sujet, ce film austère et poétique peut déranger certains spectateurs. C'est bien l'intention des réalisateurs, Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval. Regrettant les prises de positions politiques de leur pays face à la question de l'immigration et de la libre circulation des individus, ils proposent une réponse radicale. Qui est aussi un manifeste pour redonner toute sa force à l'art et à la culture, sans lesquels l'Homme ne peut envisager un avenir. Filmé dans une ville qui ne montre que ses escaliers, ses berges et ses tunnels, des lieux en marge et à l'ombre du clinquant de l'urbanité habituelle, un groupe de jeunes gens tente d'inventer une nouvelle façon de vivre. Il y a Carmen et son appareil photo, Charles et son cynisme, Hussain le sans-papier afghan, Julio et son trop lourd sommeil. Mêlant la magie noire et les interpellations de la police, les histoires d'amour et la mélancolie de la modernité, Low Life tente de cerner les utopies d'une jeunesse désenchantée. La forme même du film reflète à la fois le chaos de cette société et la complexité de l'engagement de ceux qui la veulent. Dans une atmosphère évoquant la poésie de Gérard de Nerval, certains personnages semblent hantés par une indicible souffrance. Grâce à un remarquable travail sur la lumière, le clair-obscur baigne la première partie du film et, à la manière des maîtres flamands de la peinture classique, place une source de clarté dans les ténèbres de la ville. L'art pour éveiller notre conscience et nous inciter à participer à la destinée du monde dans lequel nous vivons. Comme une plainte chuchotée dans la nuit, le film peut évoquer le désespoir. Mais pour Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, le personnage de Charles s'inscrit dans la continuité d'un autre Charles, celui du film de Robert Bresson, Le Diable probablement (1977). Malgré l'atmosphère sourde et les événements tragiques qui se succèdent dans Low Life, Charles reste aux côtés de celle qui n'a plus voulu de son amour, pour la protéger et l'aider. Fidélité à une alliance rompue ou désir de l'autre à travers son engagement, c'est un avenir à construire. Magali Van Reeth Signis

Low Life
Current image JPEG image — 20 KB
Navigation
 
« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: