Personal tools
You are here: Home Films Mademoiselle Chambon
Document Actions

Mademoiselle Chambon

by Magali Van Reeth last modified 2009-10-19 13:46

Stéphane Brizé

France, 1h48, 2008.

Sandrine Kiberlain, Aure Atika, Vincent Lindon.

19/10/2009

Un film délicat où le réalisateur laisse aux acteurs exprimer physiquement des sentiments complexes, où il est question d'amour mais aussi de fidélité à soi-même et son entourage.

Ce pourrait être encore une comédie sentimentale, encore un film français sur une histoire d'amour mal enclenchée mais Mademoiselle Chambon est un film tout simplement étonnant dans la production actuelle. A l'encontre des produits formatés du cinéma commercial international, le film adopte d'emblée un ton très particulier, mélange harmonieux de délicatesse, de sensibilité et de profondeur. Stéphane Brizé laisse à ses acteurs la possibilité d'exprimer physiquement les émotions ressenties par leurs personnages, deux êtres en proie à des sentiments complexes. Il y a Jean, un maçon aussi calme que massif, père attentionné et gentil mari. Un jour, il rencontre Véronique, la nouvelle institutrice de son fils. Elle est célibataire, souriante et appartient à un monde que Jean ne connaît pas mais qu'il admire inconsciemment. Véronique se laisse doucement séduire par cet homme qui parle peu, qui participe à la vie des gens en construisant leurs maisons, en réparant les fenêtres qui laissent passer les courants d'air. Il est le cadre, la charpente, celui sur qui repose l'ensemble d'une vie de famille. Par sa formation et son milieu, Véronique est le supplément de rêve qui manque à Jean. Elle possède la liberté de changer de résidence quand bon lui semble, elle lit des romans, maîtrise la grammaire française et sait jouer du violon, "comme à la télévision". Sans verbiage, sans épanchement physique mais avec beaucoup de pudeur, de silence et de retenue, le désir qu'ils éprouvent l'un pour l'autre est surprenant, fragile, indécent. Il y a plus de sentiments, de naïveté, de doute que d'attirance simplement charnelle. Sachant que par fidélité à ce qu'ils sont, et à ceux pour qui ils doivent être, leur histoire d'amour est inenvisageable, ils reculent sans cesse le moment d'être ensemble, tout en cherchant l'autre en permanence. Ce ballet sentimental est parfaitement orchestré par Stéphane Brizé. Inspiré du roman éponyme d'Eric Holder, il est aussi délicat dans sa façon de représenter les classes moyennes. A cet égard, la première scène est magnifique et donne bien le ton du film : montrer sans verbiage et presque avec transcendance, l'âme d'une famille ordinaire où, malgré l'absence d'aisance matérielle ou de culture, la beauté des sentiments et l'intelligence du cœur permet à tous d'envisager un avenir. Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain sont tous les deux époustouflants et limpides dans l'expression physique de ces sentiments très complexes. Magali Van Reeth Signis

Mademoiselle Chambon
Current image JPEG image — 21 KB
Navigation
 
« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: