Personal tools
You are here: Home Films Melancholia
Document Actions

Melancholia

by Magali Van Reeth last modified 2011-08-08 10:04

Lars von Trier

Danemark/Suède/France, 2h10, 2011. Sélection officielle Festival de Cannes 2011, prix d'interprétation féminine pour Kristen Dunst.

John Hurt, Kristen Dunst et Charlotte Gainsbourg

10/08/2011

Après une introduction époustouflante, le film marche lentement vers une apocalypse abordée par le beau et l'apaisement. Surprenante et déroutante, pour un film un peu vain...

Lars von Trier est un réalisateur déroutant ! Autrefois promoteur du Dogma, manifeste pour une façon de filmer brute et naturelle (unité de lieu, de temps, pas de musique, pas de lumière artificielle), le réalisateur danois a exploré les possibilités de la comédie musicale avec Dancer in the Dark (2000), l'absence de décor dans Dogville (2003), la cruauté comme déclinaison des beaux-arts avec Antichrist (2009). L'outrance et la provocation accompagnent chacune des interventions de cet artiste qui se dit dépressif et associal. Il construit une œuvre unique qui pousse le cinéma vers l'exploration des failles du monde contemporain et une recherche formelle très exigeante. Melancholia peut se ranger dans la catégorie des films du genre "apocalypse". Une planète inconnue menace la Terre. Y aura-t-il ou non collision, fin du monde ? Faut-il avoir peur, se préparer ? Deux sœurs. Claire est brune (on sent déjà que le réalisateur est facétieux jusque dans ces détails), directe, responsable, sans artifice et elle est interprétée par Charlotte Gainsbourg. Justine est blonde, lumineuse, fantasque, et c'est l'angélique Krsiten Dunst. Deux sœurs de nature et de tempérament différents, qui s'aiment mais ont du mal à s'entendre, comme ces deux planètes qui s'attirent pour, peut être, se détruire mutuellement. Melancholia est un film d'apocalypse, mais une apocalypse lumineuse, apaisée. On ne verra pas de scène de panique collective, pas de cris, pas de vulgarité. Lars von Trier prend le parti de la beauté, du songe. La planète qui s'approche est une magnifique boule aux couleurs délicates, elle est somptueuse. Elle met des pétales de neige sur les jardins d'été, des reflets chatoyants sur les couchers de soleil. Comment peut-on redouter ce qui est si beau ? Le réalisateur ne lésine pas sur les effets, les costumes, les décors : château de conte de fées au bord d'un lac, immenses pelouses caressant les pieds nus des enfants au visage d'elfe, chevaux puissants, femmes étourdissantes, vêtements élégants : tout est luxe, calme et volupté dans ce monde qui risque de disparaître. Mais que veut nous dire Lars von Trier ? Au-delà de la beauté éblouissante de certains plans et de l'éventuel choc des planètes, on ne sait que faire de ces personnages qui s'opposent, paniquent soudain, se séparent sans qu'on comprenne bien pourquoi. Presque tous les personnages de la première partie disparaissent, sans que la seconde partie n'explique pourquoi ils avaient été campés avec tant d'insistance. Le mystère est ici confusion et on sort plutôt déçu de ce film aux images étonnantes. Magali Van Reeth Signis

Melancholia
Current image JPEG image — 23 KB
Navigation
 
« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: