Personal tools
You are here: Home Films Still walking
Document Actions

Still walking

by admin last modified 2009-04-21 16:32

Kore-Eda Hirokazu

Japon, 1h55, 2008.

Abe Hiroshi, Natsukawa Yui, You, Kiki Kirin, Harada Yoshio.

22/04/2009

Un très beau film, doux et grave, qui raconte une journée un peu particulière dans la vie d'une famille japonaise et parle de la complexité de toutes les familles.

Kore-Eda Hirokazu est un réalisateur japonais né en 1962. Deux de ses précédents longs métrages ont été sélectionné en compétition au Festival de Cannes. Distance (en 2001) évoquait la disparition tragique des membres d'une secte, à travers leurs proches et Nobody Knows (2004) l'abandon d'une fratrie de 4 enfants, livrés à eux-mêmes pendant des mois. Ces thèmes de l'abandon et du deuil se retrouvent un peu dans Still Walking mais beaucoup plus atténués. Son nouveau film est moins noir, plus lumineux et surtout plein d'espérance. Une famille se réunit pendant 24 heures en souvenir du décès accidentel du fils aîné. Ce dont il sera surtout question, ce n'est pas tant du deuil que de la famille. Comment être ensemble lorsque les enfants deviennent adultes, que les parents vieillissent et que les petits-enfants semblent vivre dans un autre monde ? Ryôta est un homme d'une trentaine d'années, mariée à une veuve et beau-père d'un garçon de 7 ans. Passer deux jours chez ses parents pour cette réunion de famille le met particulièrement mal à l'aise. Certes, les coutumes et la culture japonaises ne facilitent pas ce retour mais très vite, le spectateur reconnaît aussi sa propre famille ! Le malaise du père à la retraite, qui ne sait trop quoi faire de ses journées, la sœur dont la gentillesse cache de sombres projets, les petits-enfants accrochés à leurs jeux vidéos et leurs bâtonnets de glace, la mère en cuisine et Ryôta devenu trop grand pour se sentir à l'aise dans sa maison d'enfance. Cette maison est un personnage à part entière dans le film. Kore-Eda Hirokazu en a particulièrement soigné le décor et le déplacement de la lumière à l'intérieur des pièces, en fonction des heures de la journée. A chaque instant, le spectateur est happé par ces très belles images, fasciné par le contraste entre l'intimité chaleureuse des pièces et la dureté des rancoeurs de ceux qui y évoluent. A la cuisine, le ballet culinaire est un enchantement : l'or des grains de maïs brille dans les mains de ceux qui l'épluchent en chœur, la pureté du blanc du navet étincelle à travers la fumée de la friture et on salive à plusieurs reprises devant la préparation de ce festin ! La cuisine, entre le feu brûlant des cuissons, la fraîcheur de l'eau de l'évier, le découpage des légumes et l'assemblage des plats, est le symbole de la construction de la famille. C'est la pièce où on est ensemble, pour se disputer ou se réconcilier mais celle où on fabrique aussi de la famille tout en préparant de quoi la nourrir. Comme on épluche des légumes, comme on prépare des viandes, comme on mélange une salade, on construit une famille. Plus loin, à l'écart et au calme, il y a les chambres où on s'isole, pour se reposer du brouhaha des autres ou tempérer sa colère, pour se retrouver soi-même. Still Walking orchestre parfaitement les déplacements physiques et intimes des personnages de cette famille ordinaire, la lente évolution de chaque personnage, entre tendresse et rancoeurs. Tout ne sera pas réglé au bout de cette journée passée ensemble mais le film diffuse une douce nostalgie qui célèbre l'importance vitale de la transmission et du lien familial pour tout individu. Magali Van Reeth Signis France

Still walking
Current image JPEG image — 23 KB
Navigation
 
« September 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: