Personal tools
You are here: Home Méditations 28e dimanche du temps ordinaire
Document Actions

28e dimanche du temps ordinaire

by admin last modified 2008-10-09 11:53

12/10/2008

BEAUCOUP D’APPELÉS, MAIS PEU D’ÉLUS!
Voici une affirmation de l’Évangile bien connue et qui nous est donnée à ré-entendre aujourd’hui. Cette affirmation nous dit que le premier mot de Dieu sur l’homme est un appel.

Un appel à la vie, un appel à l’histoire, un appel à l’action. Un appel qui attend une réponse. Dieu ne cesse d’appeler et d’inviter. L’histoire du peuple de Dieu commence par l’appel d’Abraham: «Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir» (Gn 12, 1). L’histoire de l’Église commence par l’appel des disciples : «Viens, suis-moi».

Comment mieux définir l’Église que comme con-vocation, comme vocation commune ? L’Église existe à partir du moment où elle répond à l’appel lancé par Dieu. Ainsi, la tâche humaine qui est la nôtre, est une tâche de «répondant». L’appel attend notre réponse. L’appelé doit devenir un «répondant», c’est-à-dire un responsable, non seulement celui qui répond à, mais celui qui répond de.

La parole de Dieu nous a institués responsables, intendants de la terre et de l’humanité. Selon l’Écriture, toute vocation est unemission. Le «viens» est toujours suivi d’un «va».
Quelle réponse, en cette semaine missionnaire, donnons-nous à l’appel personnel et collectif de Dieu en Jésus Christ ? Pouvons-nous faire place au règne de Dieu qui vient ou sommes nous encombrés ? Sommes-nous disponibles, ou occupés par notre «champ» ou notre «commerce» comme les invités aux noces de l’Évangile ? Le Dieu qui appelle est un Dieu qui sait attendre. Avant d’aller à lui, prenons le temps de revêtir le vêtement de vérité et d’humilité, en nous laissant enseigner par la sagesse africaine qui affirme que : «si tu veux marcher droit, vois où tu mets tes pas».


Le festin messianique - Lecture du livre d’Isaïe (25, 6-9)

CE JOUR-LÀ, le Seigneur, Dieu de l’univers, préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés. Il enlèvera le voile de deuil qui enveloppait tous les peuples et le linceul qui couvrait toutes les nations. Il détruira la mort pour toujours. Le Seigneur essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple ; c’est lui qui l’a romis.

Et ce jour-là, on dira : «Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! »


Près de toi, Seigneur, sans fin nous vivrons

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi,
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.


La vraie richesse dans le Christ - Lecture de la lettre de saint PaulApôtre aux Philippiens (4, 12-14.19-20)

FRÈRES, je sais vivre de peu, je sais aussi avoir tout ce qu’il me faut. Être rassasié et avoir faim, avoir tout ce qu’il me faut et manquer de tout, j’ai appris cela de toutes les façons.

Je peux tout supporter avec celui qui me donne la force.  Cependant, vous avez bien fait de m’aider tous ensemble quand j’étais dans la gêne. Et mon Dieu subviendra magnifiquement à tous vos besoins selon sa richesse dans le Christ Jésus.

Gloire à Dieu notre Père pour les siècles des siècles. Amen.


Parabole des invités au festin - Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (22, 1-14)

JÉSUS DISAIT en paraboles : « Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : “Voilà : mon repas est prêt, mes boeufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez au repas de noce.”

Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.

« Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et brûla leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : “Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce.” Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.

« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: