Personal tools
You are here: Home Méditations 29e dimanche du temps ordinaire
Document Actions

29e dimanche du temps ordinaire

by admin last modified 2008-10-09 11:58

19/10/2008

UNE NOUVELLE SEMAINE MISSIONNAIRE s’achève ce dimanche. Une de plus ou une occasion nouvelle de nous interroger sur la dimension missionnaire de notre baptême.

« Jusqu’aux extrémités de la terre » nous dit le Christ ! La Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu est décisive pour tout homme et pour tout peuple et cette mission de l’annonce, du témoignage et du partage est confiée à tout baptisé. Vivre de l’amour de Dieu à la suite du Christ est notre vocation. Elle appelle un engagement total : c’est le seul bien au monde qui augmente quand il se donne. C’est le motif de l’action de grâce de l’Apôtre Paul vis-à-vis de l’Église de Thessalonique pour le témoignage de foi active et de charité dont elle rayonne (1 Th 1, 2-3).

Aujourd’hui la mission est à nos portes, chez nous et autour de nous, mais n’oublions pas lamission du Christ confiée aux Apôtres et à la communauté chrétienne jusqu’au bout du monde: «Qui d’autres que des catholiques peuvent soutenir le développement de l’Église?» (Benoît XVI).

La parole de Dieu est proclamée, célébrée, partagée chez nous comme dans tous les continents. Elle est parole de vie telle que Paul l’a pratiquée, en interpellant, en expliquant, en soutenant, parfois même en provoquant : «Que votre charité se donne de la peine!».

Cette charité hier comme aujourd’hui demande l’engagement actif des baptisés pour le soutien des jeunes Églises. Ce partage par la prière, l’envoi de personnes et des moyens financiers sont aussi les signes visibles de notre participation à la Mission universelle. Puissions-nous participer aux motifs d’action de grâce de Paul !


Les empires sont dans la main de Dieu - Lecture du livre d’Isaïe (45, 1.4-6a)

PAROLE DU SEIGNEUR au roi Cyrus, qu’il a consacré, qu’il a pris par la main, pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée : «À cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas.

« Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre : en dehors de moi, il n’y a pas de Dieu. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas, pour que l’on sache, de l’Orient à l’Occident, qu’il n’y a rien en dehors de moi. »


Au Seigneur notre Dieu, tout honneur et toute gloire

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations, ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux:
lui, le Seigneur, a fait les cieux.

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté.
Allez dire aux nations : «Le Seigneur est roi!»
Il gouverne les peuples avec droiture.


Commencement de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens (1, 1-5b)

NOUS, Paul, Silvain et Timothée, nous nous adressons à vous, l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur : que la grâce et la paix soient avec vous.

À tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous, en faisant mention de vous dans nos prières. Sans cesse nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père.

Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui. En effet, notre annonce de l’Évangile chez vous n’a pas été simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, certitude absolue.


À César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu - Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (22, 15-21)

LES PHARISIENS se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : «Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur?»

Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : «Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt.» Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : «Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ?—De l’empereur César », répondirent-ils. Alors il leur dit : «Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

« November 2017 »
Su Mo Tu We Th Fr Sa
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930
Log in


Forgot your password?
New user?
 

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

This site conforms to the following standards: